Quand on a toujours le pied mouillé

Avez-vous, vous aussi, ce souvenir de la première fois où vous avez collé votre oreille à un coquillage pour y entendre le doux son de la mer? En fermant les yeux, nous étions aussitôt transportés sur une plage, les pieds dans le sable, bercés par le ressac des vagues. Durant quelques secondes, nous étions en vacances et tous nos soucis semblaient loin, bien loin. La même sensation nous assaille quand, du haut de la grande côte des Éboulements, notre cœur tombe vertigineusement amoureux de la vue qui s’ouvre sur le chenal maritime et l’Isle-aux-Coudres. Ouvrons grand les yeux, car dans le petit village au pied de la montagne se trouve un joyau du patrimoine charlevoisien.

Littéralement sise entre mer et montagne, la bande littorale de St-Joseph-de-la-Rive est le berceau de ce qui était le plus important chantier naval de la région. Depuis 1981, elle abrite le Musée maritime de Charlevoix, gardien de la mémoire et du labeur des Riverains du 20e siècle. Ses expositions honorent les artisans des désormais célèbres goélettes de bois, maîtres du cabotage sur le fleuve Saint-Laurent.

© Tourisme Charlevoix, André-Olivier Lyra

Véritable musée grandeur nature, le site propose une immersion totale dans le monde de la navigation de la construction de bateaux.  Après une incursion dans les ateliers de charpentiers et autres ouvriers, quatre vaisseaux en cale-sèche nous attendent, précieusement conservés dans la baie des Éboulements. Si monter à bord d’authentiques goélettes pour y revivre les épopées des temps passés s’avère imposant, la grande aventure se poursuit encore dans le Parc des Navigateurs! Dans ce vaste domaine de 20 acres, c’est à nous de trouver notre pirate intérieur pour partir à la recherche de tous les trésors qui s’y cachent. Avant de pouvoir se proclamer capitaine, nous devons apprendre quelques rudiments de pilotage et exercer notre œil à la longue-vue, du haut du pavillon dominant le chantier naval. Puis, à nous la fortune!

© Tourisme Charlevoix, André-Olivier Lyra

À travers ces multiples découvertes et aventures, la contemplation s’installe doucement au cœur de notre regard. En empruntant le sentier de la Forêt marine, les dénivelés appellent au dépassement de soi, tandis que les points de vue invitent au calme et à l’introspection. Le sentier nous révèle, dans toute leur splendeur, les essences d’arbres nécessaires à la construction des goélettes. En participant à la mise en valeur et la conservation de ce sentier, nous devenons à notre tour gardiens du patrimoine : nous léguons à nos enfants et petits-enfants la possibilité de rester connectés à leurs racines maritimes.

Entendez-vous? Allons-y, la mer nous appelle. C’est le coquillage qui nous l’a dit.

© Tourisme Charlevoix, André-Olivier Lyra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut