Canot à glace – Découvrez l’envers du décor de ce sport méconnu

Du 21 au 23 février prochain aura lieu la 30e édition de la fameuse course de canot à glace – La Grande Traversée – STQ/Océan présentée par Les Traverseux – Espace patrimoine canot à glace. Une course d’en moyenne dix kilomètres entre l’Isle-aux-Coudres et Saint-Joseph-de-la-Rive, où les meilleures équipes du Québec et internationales bravent les courants, les marées et les glaces du puissant fleuve Saint-Laurent.

Dès le 17e siècle, le canot à glace était un moyen de transport essentiel en hiver. C’était, la plupart du temps, la seule façon de traverser des gens ainsi que des marchandises en hiver. Le canot à glace permettait donc de lier les deux rives et les différentes îles du fleuve Saint-Laurent, dont notre magnifique Isle-aux-Coudres. Le canot à glace est aujourd’hui devenu un sport extrême intégrant des compétitions hautes en couleur.

Nous avons eu le bonheur de s’entretenir avec Francis Simard, capitaine et coureur de l’équipe de canot à glace Amiral Agence Web / Pharmacie Marie-Pier Labbé inc., qui nous fera découvrir l’envers du canot à glace. L’équipe #444 rayonne, après avoir durement travaillé et remporté la médaille d’or pour les courses de Portneuf, Rimouski et Montréal et celle d’argent pour la difficile course du Carnaval de Québec. L’équipe de Francis est maintenant en préparation pour affronter La Grande Traversée – STQ/Océan qui aura lieu ce weekend, l’une des courses les plus difficiles à prévoir stratégiquement du Circuit québécois de canot à glace.

Francis Simard, capitaine de l’équipe

Comment as-tu découvert ce sport?

Cette petite idée fait du chemin dans ma tête depuis mon très jeune âge. J’assistais avec le plus grand des plaisirs aux qualifications des courses de canot à glace. Autrefois, ces qualifications avaient lieu en plein cœur de la rue Saint-Jean-Baptiste à Baie-Saint-Paul, qu’on enneigeait pour l’occasion. Évidemment, pendant de nombreuses années j’assistais à l’impressionnante course qui avait lieu dans ma région natale, soit celle reliant l’Isle-aux-Coudres et Saint-Joseph-de-la-Rive. C’est alors qu’il manquait un canotier dans l’équipe de Guy des Traverseux à l’Isle-aux-Coudres, étant reconnu comme étant un gars en bonne forme physique, il a fait appel à moi pour savoir si j’étais intéressé à prendre part à la prochaine course. Vous vous doutez bien que j’ai accepté l’offre avec plaisir et que c’était le commencement d’une belle aventure de guerrier.

Comment fait-on pour bâtir une équipe de canot à glace?

Dans le monde du canot à glace, tout commence par une histoire de contacts. Tout d’abord, il faut savoir que nous sommes cinq canotiers dans une équipe. J’ai ma propre équipe depuis huit ans déjà et certains membres de l’équipe effectuaient leur toute première course à Portneuf en janvier dernier. Évidemment, j’ai plusieurs amis qui sont en excellentes formes physiques et qui portent un intérêt particulier pour ce sport, c’est ainsi que nous sommes en mesure de former une équipe puissante et en qui j’ai confiance.

Le Défi canot à glace de Montréal, équipe #444 © Fotorebel.ca

À quoi ressemblent votre entraînement et la préparation en vue des courses?

Selon Francis, la clé du succès réside dans le fait qu’une bonne équipe, c’est une équipe qui se soutient longtemps. Le barreur (celui derrière) et le capitaine (en avant) doivent avoir une excellente chimie, se faire confiance et se comprendre mutuellement. Plus ça fait longtemps qu’ils travaillent ensemble, plus il est facile et rapide de prendre des décisions cruciales au moment de la course. Bien évidemment, la connaissance des courants, des marées et l’expérience de navigation sont probablement les éléments ultimes pour gagner les courses. « Les vieux loups » ont certainement une longueur d’avance sur nous de ce côté, dit-il en riant.

Dans les périodes mortes, au printemps et à l’été, chaque membre de l’équipe fait un entraînement personnel qui se traduit bien souvent par du vélo de montagne et de la course à pied. Dès la fin août, on commence un entraînement qui se veut plus sérieux, à ce moment, nous effectuons des sorties sur l’eau toutes les fins de semaine. Ces sorties ont souvent lieu dans la baie de Baie-Saint-Paul pour notre part, dû à la proximité et à l’aspect sécuritaire de celle-ci. C’est à partir de décembre que nous commençons à sortir plusieurs fois par semaine et pendant le temps des Fêtes, on fait un camp des Fêtes où nous prévoyons une sortie de canot à glace tous les jours.

Course de canot à glace La Banquise de Portneuf, équipe #444 © Fotorebel.ca

L’élément clé de la course… le fameux canot, comment ça fonctionne?

Il y a une seule compagnie au monde entier, soit HTM Composites de Neuville, qui fabrique des canots à glace. Cette usine construit la coque du canot selon un seul et unique moule, Le Dauphin, qui a été conçu et élaboré par le célèbre canotier Jean Anderson. D’ailleurs, c’est Jean Anderson qui a remporté pour une 27e fois la course de canot à glace du Carnaval de Québec.

Le canot, d’un poids total minimum de 250 livres, est composé principalement d’un mélange de fibre de verre, de fibre de carbone et de kevlar. L’intérieur du canot est conçu artisanalement par monsieur Gilbert, qui fabrique des bancs coulissants de haute qualité en fibre de carbone et des trottes. Le canot ainsi que tous ses morceaux sont ensuite amenés à un autre spécialiste qui prend le soin de l’assembler selon de pointilleux concepts d’ingénierie nautique, le tout est calculé en fonction des mensurations de chacun des membres de l’équipe. Les rames quant à elles, ce sont des rames d’aviron qui sont achetées en Europe.

Le canot doit être entretenu régulièrement et un bon cirage doit être appliqué sur la coque avant les courses, un cirage qui prend en moyenne de trois à quatre heures. Le cirage est un rituel qui est très important dans le cadre de la course, si ce n’est pas fait correctement, ceci peut même aller jusqu’à nous faire perdre la course.

Le canot à glace en général

Bien évidemment, le canot à glace est un sport extrême qui exige d’avoir une excellente condition physique et mentale. Il faut toujours demeurer conscient des dangers environnants, notamment de l’eau glaciale, des changements brusques de la température, des clapotis, des vagues, des vents et de la visibilité, qui est parfois réduite sur les eaux du fleuve Saint-Laurent. Le canot à glace, c’est une aventure en soi à chaque course.

C’est depuis 1955 que la course de canot à glace a été intégrée parmi les activités régulières du Carnaval de Québec. Sept courses sont accréditées par le Circuit québécois de Canot à Glace dont la Banquise à Portneuf, le défi des Glaces Rimouski, le défi canot à glace Montréal, celle du Carnaval de Québec, la Grande Traversée de l’Isle-aux-Coudres, celle de Sorel-Tracy et finalement le Grand Défi des Traverseux entre Québec et Lévis. Aujourd’hui, plus de 300 membres font partie de l’Association des Coureurs en Canot à Glace du Québec (ACCGQ), qui a été créée en 1984. La plupart des équipes proviennent de partout à travers le Québec, et cette année, il y a une équipe de la France et une autre de Calgary qui participent au circuit québécois.

Course de canot à glace du Carnaval de Québec, équipe #444 © Fotorebel.ca

Un énorme merci à Francis Simard pour nous avoir accordé cette entrevue et de nous avoir fait découvrir l’envers de ce sport, qui est plus qu’intéressant. Nous vous souhaitons la meilleure des chances pour les courses à venir, notamment pour celle de chez vous, la Grande Traversée – STQ/Océan. C’est un réel plaisir et une fierté de vous voir exceller à travers cette passion.

Assistez au départ de cette course de canot à glace qui aura lieu au quai de l’Isle-aux-Coudres, le 22 février prochain dès 12h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut